En pleine nature

En pleine nature

Beignets de feuilles de montagne et de plaine

Beignets  de feuilles sauvages, de montagne et de plaine
Au premier abord suspicieux, puis épaté, au final tout le monde est conquis. Les beignets de feuilles, c'est l'amuse bouche idéal  pour commencer la découverte des plantes sauvages commestibles. La recette est simplissime, avec une petite attention pour le degré de cuisson.

Ingrédients
- farine de blé T65 ou T80 ou de kamut bio
-eau, sel
- huile d'olive ou de pépins de raisins
- feuilles  sauvages vertes avec une queue.
Le trio des plus connues : consoude, tussilage plantain major. On peut également utiliser  bourrache et  pulmonaire, comme la consoude,  ou encore de très jeunes feuilles d'arbres, par exemple le tilleul.

Matériel
- un bocal cylindrique d'un litre, en verre, genre bocal à conserve duquel on aura enlevé le couvercle, ou mieux encore un  pot en plastique genre récipient à miel très légèrement évasé. Le format plastique d'un kg de miel, je le préfère parce qu'il est plus léger, et déformable pour s'adapter à la main de la cuisinière et  aux grandes feuilles pour les gourmands.
- une fourchette normale ou magique
- une poêle, grande et  à fond épais de préférence
- deux palettes en bois
- un feu assez vif
- papier absorbant
- plat de présentation

Temps
1,5 mn pour préparer la pâte
La cuisson demande une présence continue au fourneau. pendant un temps variable selon la quantité de convives à régaler.

Préparation
Dans notre fameux bocal, mettre un peu de farine, 2 cuillères à soupe. Un pincée de sel et de l'eau froide juqu'à obtenir la consistance d'une pâte à crêpe pas trop fluide. Remuez à la fourchette ou au fouet.
Pour la consoude, la bourrache ou la pulmonaire, coller deux feuilles de même taille, dessous contre dessous :     presser  fermement avec la tranche de la main, poing fermé, partout avec un mouvement qui rappelle celui que l'on fait avec le papier buvard. Les poils du dessous des feuilles s'accrochent et  constituent un "filet végétal assez solide pour être manipulé et cuit sans qu'il se casse.
 Pour les autres feuilles plus épaisses, plantain, tussilage etc. pas besoin de cette manoeuvre.

Cuisson
Tenir le bocal d'une main presque au dessus de la poêle, de l'autre tremper chaque feuille ou "filet" en la tenant par la queue, ressortir la feuille et l'étaler dans la poêle chaude avec un fond d'huile d'olive. Utiliser au maximum toute la surface de votre poêle avec les feuilles. Faire frire à feu vif, mais sans fumée  jusqu'à ce que les feuilles commencent à raidir . Retourner et  laisser cuire jusqu'à ce que les feuilles soient raides.
Égoutter sur papier absorbant. Remettre si besoin quelques grains de sel sur les feuilles frites.
A grignoter, sans en abuser car la friture n'est pas un mode de cuisson diététique.



21/05/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1434 autres membres